Les bonnes pratiques, les bonnes habitudes à prendre, les comportements qu’il faudrait avoir pour une vie meilleure… On les entend tous, mais les appliquons-nous ? Pour certains, c’est assez dur. Il y a un nom à cela : il s’agit de la résistance au changement. Je vais t’expliquer ici, de quoi retourne cette résistance, et surtout comment la dépasser.

Qu’est-ce que c’est ?

Pour faire simple, la résistance au changement, c’est lorsque tu procèdes d’une autre façon que ce que tu fais d’habitude et que tu ressens une gêne ou un blocage.

Si tu as déjà lu les articles qui ont précédés dans ce blog, ou bien des livres de développement personnel, il est possible que tu aies déjà eu affaire à des conseils du type : « couche-toi plus tôt, fais du sport, mange plus de fruits, de légumes… », ou encore « change tes pensées, réfléchis différemment, sois positif », etc.

Ces conseils sont là pour te permettre de mener une autre vie, te faire accéder à de nouvelles expériences. Mais, lorsque tu as essayé, ou même que tu y as simplement pensé, n’est-ce pas l’inconfort qui a pris place en toi ?

Rassure-toi, cette gêne est naturelle, tout le monde l’a déjà vécu. En fait, ton cerveau fonctionne selon des habitudes. Les nouvelles pratiques que tu tentes de lui imposer lui sont étrangères et comme il ne les reconnaît pas, il génère une résistance.

Pour adopter une nouvelle habitude, ton cerveau doit recréer de nouveaux schémas. Certains avancent que pour les acquérir il faudrait donc 21 jours, d’autres disent plutôt 66. En ce qui me concerne, je pense que tout dépend de la motivation dont tu fais preuve ainsi que de la stratégie que tu vas mettre en place pour instaurer ce changement.

Comment la surmonter ?

S’il est vrai que chaque changement provoque en toi une résistance plus ou moins forte, il est aussi vrai que tu y es un peu pour quelque chose. Le regard que l’on porte au changement d’une manière général, est assez négatif.

C’est une association d’idées que l’on nous a enseigné depuis bien longtemps. Par conséquent, sans même parler de la nouvelle pratique, l’idée même de devenir quelqu’un d’autre, de faire différemment, te freine.

Heureusement, tu as le pouvoir de modifier cette vision. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que l’on ne peut pas vivre une nouvelle et meilleure vie, en restant la même personne.
Einstein disait : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». Rien de plus véridique, crois-moi.

Pour t’aider voici donc quelques conseils :

  • Garde en tête qu’il est plus facile d’opérer un changement lorsqu’on modélise quelqu’un. Plus simplement : prend quelqu’un comme mentor.
    Un mentor n’est pas forcément une personne experte ou un coach. Simplement une personne qui fait déjà ce que tu veux faire, ou qui pense déjà comme tu veux penser. Quelqu’un que tu admires, que tu respectes. Le changement n’a rien d’une affaire personnelle, d’où l’importance de t’entourer de personnes positives comme je le rappelle souvent.
    Si tu nous rejoins aujourd’hui, je t’invite à aller découvrir les articles précédents. Tu pourras y saisir un peu mieux l’importance de cette idée.
  • Pour rester motivé, n’oublie pas de te rappeler sans cesse quels sont les bienfaits dont tu vas pouvoir bénéficier et auxquels tu aspires.
    Se remémorer les finalités et faire preuve de force mentale est essentiel.
  • Pour finir, il est possible qu’un changement en implique d’autres pour accéder concrètement aux résultats attendus.
    Par exemple, si ton objectif est de perdre du poids, changer ton alimentation est en effet un bon début. Mais il faudra certainement faire du sport en plus; et pour faire du sport il faudra gérer ton temps différemment, et ainsi de suite.

Pour résumer, la résistance au changement est naturelle et pour la surmonter il faut :

  • Avoir conscience que changer ne se fait pas du jour au lendemain, que cela nécessite du temps.
  • Avoir une bonne image du changement. La vie est un changement perpétuel. Même la nature nous le rappelle, au gré des saisons par exemple.
  • Avoir dans son entourage proche un mentor. Une personne que l’on pourra prendre comme professeur, coach, exemple, dans cette phase de transformation.
  • Garder à l’esprit que le changement ne doit pas être une punition, il doit être amusant. On parle bien entendu d’un changement positif. Commence donc par avoir une attitude positive.
  • Toujours se rappeler les finalités. Visualise ce que tu vas pouvoir en tirer et les opportunités qui vont découler.
  • Être prêt à accepter tous les autres changements que cela impliquera. Dans le cas contraire, c’est comme si tu y renonçais d’avance.

 

Si cet article t’a plu et aidé à surmonter ta propre résistance au changement, n’hésite pas à le partager ! Il pourrait en avoir aussi besoin que toi.

Laisser un commentaire